Association Maison Populaire de Genève

Accueil du site > Appels urgents > La libération de Mme Nevin YAYLACI

La libération de Mme Nevin YAYLACI

mercredi 8 août 2007, par Maison Populaire de Genève

Madame, Monsieur, Chère amie, Cher ami,

Nous avons l’immense joie de vous annoncer la libération (07/08/2007) de Mme Nevin YAYLACI


Grâce à votre soutien, à l’action de son avocat, ainsi qu’à tous ceux et toutes celles qui se sont mobilisées.

Nous vous adressons nos plus vifs remerciements pour votre solidarité.

Comité Exécutif de la Maison Populaire de Genève :

CI-DESSOUS, COPIE DE NOTRE APPEL DE 7 Août 2007 . MERCI POUR

VOTRE SOLIDARITE !

AUX DEPUTES-ES DU PARLEMENT EUROPEEN, AUX ORGANISATION

INTERNATIONALE, et AUX DEFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME

AUX MEDIAS ET A LA PRESSE

Prisonniers politiques incarcérés à Sincan (Ankara) Victimes d’une hémorragie cérébrale et (probablement) d’un cancer du foie

Genève, le 7 Août 2007 Madame, Monsieur,

Une fois de plus, la Maison populaire de Genève a été informée sur la situation alarmante dans les prions turcs.

En effet, outre la répression, les mauvais traitements et les pressions psychologiques exercés sur les détenus par les autorités pénitenciers, les prisonniers malades sont empêchés d’être consultés et/ou soignés jusqu’à ce que leur maladie devient irréversible, comme c’est le cas en particulier dans des prisons de haute sécurité.

Parmi tant d’autres exemples, l’état de santé de M. Yasar İNCE et Mme Nevin YAYLACI est très préoccupant.

Détenu à la prison n°1 de type F de Sincan, M. İNCE est atteint d’une hépatite B bien avancée. Suite à l’aggravation de son état, il a été consulté le 25 juin dernier. Le diagnostic indique une infection du foie avec le risque de cirrhose et/ou de cancer. Malgré ce diagnostic et son état faible pour s’occuper de lui-même, il est gardé dans sa cellule. Il en est de même pour Mme YAYLACI qui est détenue dans la prison de type L de Sincan. Bien qu’elle ait eu plusieurs alertes, elle n’a été hospitalisée récemment que suite à une hémorragie cérébrale. La politique des autorités turques est bien connue envers les prisonniers politiques. Ces derniers sont considérés comme des ennemis et traités comme tels. Leur isolement, dans tous les sens du terme, et leur non traitement en cas de maladie obéissent à cette politique. Bien que la peine de mort soit abolie officiellement, les autorités turques ont recours à deux méthodes pour se débarrasser de certains de leurs opposants : les exécutions sommaires et l’élimination à petit feu des prisonniers (torture, mauvais traitements, obstacles pour les soins des prisonniers malades, isolement, etc.). Selon les données de la Fondation turque des droits de l’homme, des dizaines de prisonniers politiques ont succombés ces dernières années suite aux maladies non traitées. Il s’agit entre autres de MM Ahmet Ok, Polat İyit, Mehmet Salih Çelikpençe, Celal Türker, Ali Gür, Osman Daş, Bekir Gül, Uğur Hülagü Güldoğan, Eşrek Özkaya, Abdülkadir Yılmaz, İhsan Biç, Mehmet Nuri Adlı, Necmi Akgün, Halef Özer, Murat Dil, İbrahim Cici, Numan Akman, Kemal Çelik, İsmet Baycan, Salih Sevinel, Ali Yaprak, Seyfettin Çağman et Mmes Hacer Kaya et Hanım Baran.

Une action en faveur de M. Yasar İNCE et Mme Nevin YAYLACI est nécessaire pour sauver leur vie avant qu’il soit trop tard.

C’est pourquoi, nous vous appelons à adresser des lettres de protestations aux autorités turques pour qu’elles cessent leurs politiques inhumaines à l’égard des prisonniers politiques et fassent le nécessaire pour le traitement des détenus malades en général et de M. Yasar İNCE et Mme Nevin YAYLACI en particulier.

Nous vous demandons surtout d’intervenir auprès des autorités compétentes de Turquie afin d’obtenir leur libération. En vous remerciant de l’attention vous accorderez à la présente, nous vous prions de recevoir, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées.

Maison populaire de Genève

et

Maison du Peuple de Genève

Demir SÖNMEZ


Suivre la vie du site RSS 2.0 | contact | liens | plan du site | espace privé | SPIP