Association Maison Populaire de Genève

Accueil du site > Soutien au Peuple Kurde > Turquie : droits de la défense en prison

Turquie : droits de la défense en prison

dimanche 27 novembre 2011, par Maison Populaire de Genève

Un tribunal turc a décidé de placer en détention 33 avocats et un journaliste kurdes, arrêtés le 22 novembre au cours des opérations menées simultanément dans 16 villes, ce qui fait le pays la plus grande prison du monde pour les avocats.

46 personnes dont 42 avocat et un journaliste ont comparu le 25 et le 26 novembre devant la 11e cour d’assise d’Istanbul. Plus de 100 avocats de la défense ont boycotté le tribunal, dénonçant « les attaques politiques » du gouvernement AKP du premier ministre Recep Tayyip Erdogan. « Nous ne deviendrons pas les figurants de ce théâtre » ont affirmé les avocats.

Accusation scandaleuse

Accusés d’être des membres d’une organisation « terroriste » et d’avoir dirigé cette organisation, le journaliste Cengiz Kapmaz et 33 avocats du chef du PKK, Abdullah Ocalan, ont été placés en détention, sans aucune défense. Douze personnes dont neuf avocats ont été libérées.

Le 22 novembre, plus de cent personnes avaient été arrêtés par la police au cours des opérations menées dans 16 villes dans le cadre de l’affaire KCK, visant les avocats d’Ocalan, emprisonné sur l’Ile d’Imrali depuis 1999 et les membres du principal parti kurde BDP.

En neuf ans, le gouvernement islamo-conservateur sous l’ombre de la Confrérie de Fethullah Gulen a fait le pays le champion du monde des violations des droits de l’homme.

Tous ceux qui critiquent le gouvernement et s’opposent à la politique répressive d’Erdogan font l’objet de poursuites et de condamnations.

Avec l’emprisonnement de 33 avocats, la Turquie d’Erdogan est devenue la plus grande prison du monde pour les avocats, après les journalistes avec plus de 70, loin devant la Chine et l’Iran, les syndicalistes avec une quarantaine, les étudiants avec 500, les enfants avec des centaines et les élus dont 18 maires et 8 députés.

Plus de 4500 arrestations en sept mois

Selon le BDP, Parti pour la paix et la démocratie, au moins 4 547 personnes ont été arrêtées au cours des sept derniers mois dans le cadre de l’affaire KCK, accusé d’être la branche politique du PKK qui, selon Erdogan, œuvre pour un État « parallèle ». Environ 2 000 personnes parmi elles ont été envoyées en prison.

Personne n’est en sécurité à part des partisans d’AKP, dénonce Meral Danis Bestas, la co-vice-présidente du BDP.

Erdogan dirige l’opération

Le premier ministre Erdogan dirige lui-même les opérations, affirme la députée BDP Aysel Tugluk. « Il n’y a pas de justice, même un tout petit peu (...) Nous ne plierons jamais devant l’AKP. Nous n’avons aucun choix que de résister pour défendre notre existence. »

« Je soutiens les opérations contre le KCK » avait dit le premier ministre, le 23 novembre.

« Les dernières opérations visant le KCK. Personne ne doit s’attendre à ce qu’elles se terminent » avait déclaré le 7 novembre le premier ministre dans sa ville natale de Rize, menaçant de poursuites judiciaires pour les médias et les milieux démocratiques turcs qui dénoncent la répression contre les kurdes. « Que ce soit dans la presse ou autre part, il faut faire attention à ce que l’on dit sur le KCK, cela revient à soutenir le terrorisme. »

Avec www.actukurde.fr

« http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-azadi/261111/turquie-droits-de-la-defense-en-prison »


Suivre la vie du site RSS 2.0 | contact | liens | plan du site | espace privé | SPIP